Actualités/Presse

En Une avec la Région Sud

23 févr 2022

à l'occasion de la semaine de l'agriculture et du salon de l'Agriculture, nous avons été choisis, ainsi que plusieurs autres agriculteurs de Provence, pour représenter notre belle région et notre beau métier. L'article complet est à retrouver dans le lien suivant sur la page de la Région Sud.

https://www.maregionsud.fr/actualites/detail/vianney-et-laure-benoist-viticulteurs

 

Extrait de l'interview : 

Voici l’histoire d’un couple de jeunes viticulteurs, rayonnants de bonheur car amoureux d’une terre hors du commun. Le Domaine du Château Canadel dans le Var produit un vin de bandol bio, décliné en rouge, rosé et récemment en blanc. Des vignes certifiées agriculture biologique, cultivées sans engrais ni produits de synthèse.

Comment avez-vous abordé la gestion de ce domaine viticole ?

Vianney Benoist : Amoureusement ! La chance qui nous est donnée d’exploiter un tel domaine, nous avons encore du mal à le croire ! J’ai rencontré mon épouse sur les bancs de l’école d’ingénieur en agriculture. Lorsque les parents de Laure nous ont proposé la gestion du domaine viticole de Canadel en 2009, nous ne connaissions pas ce domaine d’activité très spécifique. J’ai dû retourner me replonger dans les études en viticulture durant deux ans. Après ce master spécialisé, j’ai effectué des stages sur les exploitations voisines pour apprendre sur le terrain comment les viticulteurs locaux faisaient le vin sur une terre similaire à la nôtre. Ils m’ont transmis leur expérience, leur savoir-faire et leur connaissance de la terre elle-même. Pendant 5 ans, nous avons quasiment apprivoisé le domaine puis construit une cave pour que naisse un nouveau vin sur ce nouveau domaine à Bandol. En 2014, nous avons pu sortir la première bouteille de Château Canadel. Depuis, chaque jour, nous nous émerveillons de l’environnement dont nous bénéficions. 

Les vignes de Canadel s’étendent sur 15 ha, cultivées en restanques.

Quelles tâches préférez-vous dans votre métier ?

J’aime tout, maisles vendanges représentent le grand moment de convivialité car nous vendangeons de façon naturelle, de préférence à la main, pour préserver la qualité des différents raisins. Nous essayons de faire appel aux même collaborateurs chaque année. Ils connaissent notre vignoble et nos exigences, cela facilite grandement le fonctionnement et l’ambiance est familiale. Nous réalisons les vendanges à maturité et vinifions les terroirs séparément. C’est ce qui donne le caractère particulier à chaque cuve et révèle ainsi toutes les notes subtiles de nos vins.

Quels soins particuliers apportez-vous à la vinification ? 

La cave que nous avons construites en 2013 épouse la pente des restanques car nous souhaitions que le chai (lieu de conservation des fûts ou tonneaux de vin) soit semi enterré afin d’être à bonne température quel que soit la météo. Quant au stockage des bouteilles, nous l’avons enterré pour une régulation de la température parfaite. De plus, l’eau, si précieuse dans notre belle région, traverse le domaine et au fil des années des réserves, des fontaines et des bassins ont été constitués. Ces canaux irriguent notre micro-village, c’est d’ailleurs eux qui ont donné son nom au domaine: « le canal d’eau » qui donna « Canadeau », puis Canadel.

Que pensez-vous des critiques à l’égard des viticulteurs actuellement ?

Nous sommes trop occupés. Refaire vivre un domaine viticole, s’attacher à fabriquer du bon vin occupe tout notre temps. Par ailleurs, nous avons toujours travaillé en agriculture bio mais ma détestation de la paperasse nous a retardé dans l’acquisition du label. Les vins de Château Canadel ont obtenu la certification agriculture biologique depuis 2018 et les millésimes antérieurs à 2018 sont désormais en conversion bio.